SERIAL ENTREPRENEUSE – STEP 10 « Prototype(s) »

Anticiper les produits et services permet de professionnaliser le projet

Travailler en amont du lancement de votre (vos) produit(s)/ service(s), le prototype vous permet de visualiser votre démarche de projet, voire de la tester auprès d’un échantillon de public cible. Une démarche loin d’être anodine, qui réunie autant une dimension d’analyse de la concurrence, qu’une dimension de crash test financier et matériel.

Proto’quoi ?

« Premier exemplaire, d’un bien ou d’un service, avant la fabrication / mise en place, en série »

Globalement, le prototype matérialise une étape d’évolution d’un projet, souvent pour confirmer ou infirmer les éléments centraux de celui-ci.

Il permet de:

  • Valider des choix opérés de la conception d’ensemble (fonctionnalités, organisations des solutions mises en place, designs, prix…)
  • Recueillir des Insights auprès d’utilisateur.trice.s potentiel.le.s

Un premier jais [im]parfait

Tester pour avancer

« Si votre premier produit/ service est parfait c’est que vous avez perdu du temps« 

Je conçois que cette idée puisse paraitre folle et pourtant … De la même façon qu’une pièce de théâtre n’existe réellement que face aux réactions de son public, votre produit ou service prend réellement forme que face à ses utilisateur.trice.s.

C’est bien pour vos utilisateur.trice.s, pour répondre à leur(s) besoin(s), que vous montez ce projet, non ? Alors, il doit vous sembler logique de partir d’eux, de leurs ressenties et retours face à votre produit ou service, pour l’améliorer et le rendre le plus cohérent possible.

Des bases types comme supports de départ

Lorsque je parle de « bases types », celles-ci peuvent prendre plusieurs formes en fonction de votre projet.

Pour la création d’un produit design qui demande un certain nombre de matériaux et de coup de fabrication, vous n’avez pas forcément les moyens et la possibilité de lancer la production pour un seul prototype. La solution qui se présente à vous est plus abstraite:

  • LE CROQUIS: En format classique feuille blanche/crayons ou en format numérisé grâce à des logiciels graphiques [Photoshop, InDesign, Sketch, GIMP…], réaliser un croquis vous permet de projeter votre produit et de le présenter dans un second temps à de futur.e.s utilisateur.trice.s pour avoir un premier retour et le confronter à leurs besoins réels.

En complément pour le prototypage d’un produit aux besoins de fabrications multiples, au coût de production élevé, mais également pour la mise en place d’un service une autre solution globale se présente à vous:

  • LA MAQUETTE: Celle-ci vous permet spécifiquement de suivre le parcours de votre utilisateur.trice, de sa pratique quotidienne, à la prise de conscience d’un besoin, jusqu’à la recherche d’une solution (qui doit l’amener vers votre solution: produit ou service). Comme pour le croquis, la maquette peut être autant réaliser en format classique, à base de Post It, de grandes feuilles de couleurs, d’un tableau, qu’en format numérisé, à grâce à des logiciels spécialisés [Marvel App, Bubble, CANVA…].

Parmi les prototypes les plus célèbres, il y en a un que l’on ne peut pas éviter. Utilisé autant dans l’entreprenariat que dans le cinéma, dans la communication que dans l’animation, celui-ci permet une vision globale du déroulé de fabrication et de mise en vente d’un produit mais également dans l’organisation et la planification d’un service:

  • LE STORYBOARD: Graphiquement, sous forme d’une bande dessiné, d’une vidéo ou d’une infographie, le stotyboard permet de donner vie à votre projet, de l’incarner et ainsi d’en relever les failles et faiblesses.

Au delà de ces trois outils de projection, vous pouvez ensuite vous lancer dans la création d’outils types concrets:

  • PROJET TYPE: Ce prototype concerne surtout les entreprise de service et vous permet de ne pas arriver sans matière pour présenter votre projet à de premiers client.e.s, collaborateur.trice.s, investisseur.e.s. Le but est simple, inventer un client type, à partir de votre Persona, pour développer autour de celui-ci un panel de service types que vous proposez au sein de votre entreprise. [Par exemple: je propose des outils de communication à des écoles, j’ai donc créé une école type et décliner plusieurs outils de communication à partir de ce faux profil afin d’avoir de la matière à présenter; une bonne occasion de démontrer mes savoir-faire et mon professionnalisme].
  • MODELE PHYSIQUE: Ce prototype s’intègre parfaitement à la suite d’un croquis ou d’une maquette, sans avoir à créer votre produit ‘taille et matériaux réels’, vous utilisez des matériaux à porté de main (legos, carton, mousse, argile…) pour construire votre produit mais en mini !

Crash test

Faire rentrer votre public dans la boucle

Le but d’un ou de plusieurs prototype [vous pouvez complètement les accumuler] n’est pas de chercher l’exhaustivité, mais au contraire la simplicité et la rapidité.

Ainsi, celui-ci vous donne avant tout un support pour interagir avec vos futur.e.s utilisateur.trice.s, il doit « parler de lui-même ». En plaçant ainsi votre utilisateur.trice.s au cœur du processus, vous l’intégrer complètement à votre démarche, développant ainsi votre esprit de communauté (Voir Serial Entrepreneuse STEP 9), mais également en perfectionnant votre produit/ service.

Dans cette démarche, vous ne devez pas chercher la validation, mais bien des enseignements [Insights].

Des chiffres [financiers et matériels] à la réalité

Pendant toute la première partie de la création d’entreprise vous vous appuyez sur des projections, des « considérons que », pas sur des informations stables, des chiffres réels. La démarche du prototypage vous permet justement de rendre toute cette démarche plus « réelle », encrée dans la réalité du marché.

Pensez qu’il vaut toujours mieux prendre du temps en amont du lancement officiel en faisant des erreurs rattrapables, que foncer tête baisser en souhaitant se lancer au plus vite et finalement louper ses débuts.

L’entreprenariat c’est prendre des risques, c’est certain, néanmoins, la carte de la prudence est de mise autant que vous le pouvez afin d’anticiper le maximum d’erreurs et de pertes (financières, matérielles, humaines…).

L’art de (se) remettre en question

Lorsque l’on travail un projet seul.e (ou à plusieurs), depuis des mois, cela nous place dans un entre-soi relativement confortable, c’est d’ailleurs pour cette raison que le prototypage effraie autant.

Tester c’est prendre le risque d’échouer, demander un avis c’est prendre le risque d’entendre ce que l’on a pas envi d’entendre. Pourtant, il faut bien avoir conscience que c’est justement en se remettant en question que l’on avance et que l’on porte notre projet vers le mieux, pas vers la perfection (qui n’existe pas…), mais vers le mieux.

En cohérence, toujours, avec ses valeurs, les besoins du marché et les envies de notre public cible.


Nous arrivons à la fin de ce STEP10 de la série Serial entrepreneuse (déjà!). En parlant prototype(s), on donne de la matière à notre projet qui prend forme et commence à se confronter aux réalités -économiques, matérielles, humains- de son marché. Un STEP de plus vers la réalisation de projet de folie.

En attendant une nouvelle étape, je vous dis à la semaine prochaine, prenez soin de vous, des autres, de vos rêves.

Ella.

SERIAL ENTREPRENEUSE – STEP 9 « L’art du Webinar »

Un évènement c’est l’occasion de créer du lien, même en ligne

Après le STEP 8 dédié à l’Identité de marque de notre projet, on continu aujourd’hui avec un outil de communication en vogue, au cœur des nouvelles problématique des entreprise: le webinar. Evènement en ligne, gratuit, le webinar nous apprend l’art de donner pour attirer, l’art du lien pour vendre. Parce qu’avant d’être de potentiel.le.s client.e.s, votre public cible est avant tout un profil en quête d’une solutions; il est temps pour vous de partir à sa rencontre.

Public ? A apprendre par cœur

Série Serial entrepreneuse STEP9

En répondant aux problématiques de votre public cible lors de votre Webinar, vous lui montrez qu’il est au BON ENDROIT, que vous êtes la PERSONNE QU’IL LUI FAUT.

Ainsi, une relation de confiance s’établie et vous êtes par la suite en mesure de vous positionner comme une réponse professionnelle à ces problématiques.

Sujet ? Donner pour recevoir

Une fois que vous avez clairement défini la situation globale de votre public cible, vous êtes en mesure de faire ressortir la problématique centrale à traiter. C’est celle-ci que vous allez devoir développer dans votre Webinar.

Ainsi, votre public cible va plus facilement s’intéresser à votre évènement qui se positionne exactement là ou il a besoin.

L’autre grande question au coeur de la problématique du sujet est bien entendu; quelles informations, éléments, peuvent rester gratuits -dans le Webinar- et quels éléments doivent-être au contraire être mis de côté pour le format payant ?

Pour répondre à cette interrogation au cœur de notre démarche, vous avez deux possibilités:

  • Partager le quoi pas le comment: ainsi vous rester en surface, mettez en perspective les problématiques de votre public cible, les nourrissez avec des exemples mais sans y répondre concrètement.

ATTENTION

Logiquement, cette technique peut énerver, faire perdre patience et faire clairement comprendre à votre public cible que vous êtes avant tout là pour vendre vos produits ou services. En terme de relation de confiance, c’est risqué, voire très risqué.
  • Partager les premières étapes: ici au contraire, vous rentrez dans le vif du sujet, vous prenez votre temps et après avoir poser les problématiques que vous avez relevez chez votre public cible (pour que ceux-ci se reconnaissent et sachent qu’ils.elles sont au bon endroit), vous donner clairement des premières clés pour y répondre

ATTENTION

Il est question ici de faire le part des choses: vous démontrer vos compétences et votre professionnalisme sans dévoiler TOUS votre savoirs faire; vous répondez à la problématique sans la résoudre COMPLETEMENT.

Prospects ? Ouvrez yeux et oreilles

Vous connaissez votre public cible, avez défini votre sujet central pour un premier Webinar, maintenant ou trouver votre prospects ? Parce qu’on ne va pas se mentir, tant de travail pour 5 participants, c’est frustrant, très frustrant …

La quête gratuite

Si la semaine dernière dans le STEP8 je vous parlez de la notion de Communauté ce n’est pas pour rien … C’est justement au coeur de votre communauté et de vos relations, qu’elles soient universitaires, professionnelles ou personnelles que vont se trouver vos premiers prospects.

Tout simplement, il s’agit là de numériser l’idée de bouche à oreille.

Ainsi, vos ami.e.s Facebook, votre réseau LinkedIn, vos abonnés Instagram et vos contacts mailing sont les premiers prospects que vous allez pouvoir solliciter pour lancer votre premier évènement en ligne (ou pas d’ailleurs).

En les invitant à régir, commenter, partagez, vous faire remonter vos posts, évènements et donc la nouvelles dans les serveurs des réseaux sociaux et avez là une première technique de communication, efficace et gratuite.

L’investissement payant

Pour aller plus loin, il ne faut pas avoir peur d »investir au service des résultats.

Ainsi, les publicités Facebook et Instagram peuvent être un excellent moyen de toucher votre public cible de manière le plus large possible tout en partant de vos critères spécifiques de recherche.

Pour en savoir plus sur les techniques de vente Facebook et Instagram, je vous donne rendez-vous en fin d’article ou je vous dévoile des profesionnel.le.s et outils spécialisés dans ce domaine.

Technique ? Mettre les moyens

Une des premières erreurs qui est faite e communication en générale est de se considérer comme incompétent et mal équipé pour se lancer. Or, s’il y a bien une chose qui demande peu de technique et surtout beaucoup de pratique c’est bien la communication.

En partant du principe que vous êtes la personne qui connait le mieux votre projet, vous êtes donc la personne la plus apte à communiquer dessus !

Maintenant que ceci est dit, les outils techniques essentiels pour lancer un Webinar cohérent, meilleurs outils pour communiquer sur vos produits et services, se tiennent en trois points:

  • Tunnel de vente : On parle ici de la première vitrine numérique de votre projet, votre site web. C’est par son biais que vous allez pouvoir communiquer sur votre évènement, y partager le lien ou encore recueillir les retours des participant.e.s.
  • Sites de Webinar : Webinarjarm, ZOOM, Livestrorm … Tous sont proposés en version gratuite et en version payante avec des fonctions plus ou moins égales, pour voire celui qui vous correspond, un seul mot d’ordre: TESTER.
  • Autorépondeurs : Quoi que l’on en dise, les mails sont encore aujourd’hui au cœur de la communication des entreprise, c’est pourquoi investir dans un autorépondeur solide est un investissement cohérent et rentable. Une fois encore, plusieurs existent, à vous de voir celui qui vous correspond au mieux: Mailchimp, Sendinblue

Il existe également des outils globaux, plus onéreux mais pratiques

Learny box, Systome IO …

Résultats ? Analyser et améliorer

Analyser et modifier votre Webinar au fur et à mesure de votre évènements est la meilleure façon de progresser.

Ainsi, la perfection est ici un mauvais défaut, il est normal de commencer avec un outil imparfait, bancale, au rythme parfois inadapté, le plus important est d’être cohérent avec son public et ses valeurs quoi qu’il arrive et de ne pas avoir peur de se remettre en question.

Pour analyser au mieux vos résultats et les améliorer, il vous est conseillé de faire seimplement un tableau à la fin de chacun de vos Webinars à partir de ces 5 éléments:

  • Nombre d’inscrit.e.s
  • Nombre de participant.e.s
  • Nombre de prise de contact pour un service payant ou nombre de ventes
  • Dépenses en publicités
  • Retour sur investissement (en terme de reconnaissance de votre projet, de vente effectuées, de contacts pris…)

Ce tableau va vous permettre une vision claire, élément essentiel pour un réajustage permanant de votre offre de Webinar.

Se lancer c’est déjà réussir

La peur de l’échec, le perfestionnalisme et la comparaison sont les trois freins des entrepreneur.se.s à se lancer, pourtant,
c’est en faisant que l’on apprend
Pour réaliser ce STEP9 je me suis notamment appuyé sur le Webinar du " novembre 2020, de Claire Gracia, Experte en publicités Facebook et Instagram. Claire est une experte en la matière et je vous invite vivement à visiter son site si vous êtes en recherche d'un accompagnement professionnel et adaptés à ce genre de problématique:
 https://claire-garcia.systeme.io/destination-webinaire  

Nous arrivons à la fin de ce STEP9 de la série Serial entrepreneuse. Nous sommes maintenant dans le concret, le pratique et j’en suis plus que ravie, preuve que malgré le situation critique dans laquelle nous sommes, nous ne lâchons rien !

Je vous souhaite une superbe semaine malgré le confinement, prenez soin de vous de vos proches, de vos rêves …

Ella

SERIAL ENTREPRENEUSE – STEP 7 « Design thinking »

Partir de l’émotion des utilisateur.trice.s

Lorsque l’on imagine un produit et/ou un service c’est pour répondre à un ou plusieurs besoins. Ces besoins eux-mêmes viennent d’utilisateur.trices. C’est en poursuivant cette démarche, que le Design Thinking nous propose de placer l’utilisateur, ses émotions et ses pratiques, au cœur de votre démarche de création. Pour un cohérence totale de votre projet, entre les besoins, les envies et les rêves de vos client.e.s potentiel.le.s.

Le concept

Dans votre démarche de Design thinking, l’objectif est de vous placer au niveau de l’Idéal de vos client.e.s. L’objectif central est de les amener à se projeter, entre leurs besoins, leurs envies et leurs rêves.

Pour arriver à cet Idéal, entre ce qu’iels veulent (désirabilité), ce qui existe (visibilité) et ce qu’il est possible de réaliser (faisabilité), le Design thinking vous propose une démarche en trois étapes essentielles. Attention, ce processus n’est pas linéaire, à vous de suivre l’ordre de réalisation des taches qui vous semble le plus logique…

Empathie

Avec cette étape, vous devez vous mettre à la place de vos client.e.s.

Le but ? Identifier les opportunités pour partir des besoins avant tout.

Brainstorming

Cette fois, il s’agit de se réunir en équipe, ou avec des personnes de confiance, si comme moi vous débuter seul.e, pour mettre en perspective les informations récoltées.

Le but ? Avoir une idée claire des problématiques auxquelles vous voulez répondre.

Prototype

Finalement, le Design thinking, c’est tester pour améliorer.

Le but ? Anticiper des potentiels changements à effectuer et optimiser votre mise en route définitive sur le marché.

L’objectif global de cette démarche en trois temps est de créer une solution viable, cohérente.

La mise en pratique

En allant sur le terrain, votre objectif est d’intéoger vos potentiels utilisateur.trice.s sur:

  • Leur expérience / Motivation / Valeurs
  • Leurs contraintes [Horaires, budgets…]
  • Problématiques spécifiques [Partir de faits CONCRETS]
  • Attentes (Pratiques)
  • Rêves (Idéal)

Choisir ses cibles

Il s’agit là de trouver l’interlocuteur.trice cohérent au sein de votre marché, cela peut tout aussi bien être quelqu’un qui est en attente d’une solutions pour répondre à une problématique spécifique, ou au contraire, quelqu’un qu’il va falloir convaincre, car ne reconnaissant pas encore ce besoin.

Pour cela, le mieux est, au préalable, de définir vos différentes cibles en ces cinq groupes spécifiques:

  • Les parties prenantes [Administrations, associations, syndicats – concernés sans être impliqués]
  • Les utilisateur.trice.s [Client.e.s potentiels directs]
  • Les utilisateur.trice.s extrêmes [Avec un intérêt assidu pour une solution spécifique, pour l’innovation]
  • Les experts [Testeurs, scientifiques, spécialistes – peuvent être également utilisateur.trice.s.

Vous ne pourrez ainsi réaliser une enquête auprès de toutes les cibles en même temps, néanmoins étant toutes intrinsèquement reliées, vous vous donner d’avoir conscience de chacune d’entre elles et de leurs rôles dans le processus d’utilisation/ de consommation.

Préparer le terrain

Au préalable, vous devez vous poser les bonnes questions pour être le plus efficace possible sur le terrain:

Qui ? Quel.le.s utilisateur.trice.s allez vous favoriser ?

Pourquoi ? Que-ce-qui explique ce choix ?

Ou ? A partir de quel milieu d’étude, de quel secteur allez vous effectuer cette enquête ?

Quand ? Sur quelle durée allez-vous effectuer un entretien ? Allez-vous enchainer plusieurs entretiens, si oui sur combien de temps ?

ATTENTION : vous vous positionner tout au long de cette démarche comme personne NEUTRE, tel un.e chercheur.se vous récolter des informations (problèmes) sans pour autant VENDRE votre projet (solutions).

Réaliser l’enquête qualitative

Concrètement, une enquête qualitative – conseillée dans le modèle du Design thinking – se déroule à partir d’un panel de 5 à 10 personnes.

L’objectif est de privilégier l’ouverture et la curiosité, pour emmener la personne à se dévoiler. Pour cela, on propose un déroulé en sept étapes:

  1. Se présenter (Etudiant.e, chercheur.se…)
  2. Présenter la démarche (Sans parler du projet de solutions !)
  3. Créer du lien (Mettre en confiance)
  4. Se faire raconter (Récolter des éléments concrets)
  5. Explorer les émotions (Au cœur de la démarche*)
  6. Ouvrir au niveau du profil (Pour réaliser une fiche concrète des publics rencontrés)
  7. Remerciements

En suivant ce fil rouge, vous allez pouvoir réaliser une enquête qualitative basée sur des entretiens individuels intimes et ainsi baser votre projet sur une réelle réponse à un.des besoin.s.

Partir des expériences des utilisateur.trice.s c’est donner un sens profond à son projet…


Nous arrivons à la fin de ce STEP7, court mais 100% pratique, qui vous partage une nouvelle clé magique dans la réussite de votre projet: Le Design thinking.

Je vous retrouve la semaine prochaine pour un nouveau STEP à franchir, en attendant, travaillez bien et prenez soin de vous !

Ella

SERIAL ENTREPRENEUSE – STEP 6 « Etude de marché »

Prendre le temps d’observer avant d’agir

Dans le STEP3 « Fondations », nous avions commencé à poser les bases du projet, en définissant son nom, son histoire, sa charte graphique, ses produits et services ainsi que son public cible, ses forces et faiblesses. J’avais alors commencé à vous parler de l’importance de l’analyse de la concurrence, qui vous donne une première idée sur ce qui fonctionne, ou au contraire ne fonctionne pas dans votre marché. Nous entrons aujourd’hui au cœur de ces problématique avec l’Etude du marché; entre définition, analyse et observation.

L’Etude de marché est une des parties les plus longues et complexes d’un projet de création d’entreprise. Il va s’agir de, non seulement définir son marché, mais également d’analyser la demande, l’offre et finalement d’observer l’environnement du projet. Un travaille de longue haleine donc mais qui va vous permettre une vision transversale, de votre projet, vos concurrents et du marché au sein duquel vous souhaitez entreprendre.

Pour réaliser ma propre Etude de marché, que je vous transmet aujourd'hui dans les grandes lignes, je me suis inspirée de plusieurs documents et articles des organismes Pépite France et BPI France.

Définition du marché

Identification et évolutions

Sur quel(s) marché(s) l’entreprise va-t-elle évoluer ? Qui seront mes client.e.s ou mes utilisateurs (le client, celui qui paye, n’est pas nécessairement l’utilisateur) ? Quelle est la dimension géographique du ou des marchés ciblé.s ? Quelles sont les évolutions du marché en valeur et en volume ?

L’objectif dans cette première sous-partie est de définir votre marché d’évolution, mais également très clairement vos client.e.s et utilisateur.trice.s. Ces élément vont vous permettrent de resserrer votre espace d’action et par la suite votre périphérie d’analyse de la demande et des offres.

Enfin, il s’agit ici pour vous de rechercher des données concrètes, chiffrées mais surtout justifiées pour démontrer votre connaissance de votre marché. En valeur, nous parlons de moyens bien entendu, nous parlons de budget. En terme de volume, nous parlons du nombre de personnes concernées (client.e.s, utilisateur.trice.s concurrent.e.s), mais également du nombre de solutions existantes sur le marché, produits ou/et services.

Les produits ou services

Rechercher quels sont les produits qui seront vos concurrents directs, mais également indirects, c’est-à-dire qui peuvent se substituer à votre produit. Secteur de l’éducation publique et privée.

En parlant de produits et de services. Il s’agit dans cette seconde sous-partie de les présenter et de les décortiquer:

  • Forme / couleurs [pour un produit]
  • Nombre de personnes employés / temps de mise en place [pour un service]
  • Prix
  • Objectifs
  • Retour des clients [positifs et négatifs]

Il est effectivement important de préciser les concurrents directs et indirects car; au delà des entreprises proposant exactement les mêmes services que vous dans le même secteur, il existe toujours également des entreprise plutôt générales proposant les mêmes services et pouvant intervenir dans votre secteur, ou encore des entreprises de votre secteurs susceptibles de diversifier leur offre de service.

De plus, si vous êtes comme moi entrain de créer un projet entreprenariat innovant, cela ne veut pas dire que vous n’avez pas de concurrents, au contraire ! Ayez une vision à 360°, vous trouverez forcément des entreprises proposant des services proches de votre projet ou un secteur affilié, si ce n’est pas le cas dans votre espace géographique rapproché, ayez une vision plus large (nationale, européenne, voire internationale). Gardez à l’idée qu’il vous faut, quoi qu’il en soit, partir de quelque chose, c’est pourquoi il est si important d’analyser la concurrence.

Les acteur.trice.s

Définir les parties prenantes, utilisateur.trice.s, utilisateur.trice.s extrêmes et les experts.

Une fois de plus, pour avoir une vision la plus complète possible vous devez entrer dans les détails et définir tout ceux et celles auxquels vous allez être confronté.e de près ou de loin.

Ces acteur.trice.s se divisent en quatre groupes que je vais prendre le temps de vous définir:

  • Les parties prenantes: acteur.trice.s extérieurs ayant en général un rôle de décisionnaire.s et/ou d’arbitre [ex: administration / institutions dirigeantes, associations, syndicats …]
  • Les utilisateur.trice.s: ce sont les plus simples à définir, ceux et celles pour lesquel.le.s vous créez votre produit ou service
  • Utilisateur.trice.s extrêmes: acteur.trice.s particuliers et privilégié.e.s qui vont être les premier.ère.s client.e.s de votre produit ou service par choix ou par nécessité [ex: les passionné.e.s de maquillage pour une marque de maquillage (choix) / les professeur.e.s pour une société d’ENT – Espace Numérique de Travail]
  • Les expert.e.s: une partie de votre public également essentielle puisque ce seront vos premiers critiques, ce sont ceux et celles, professionnel.le.s qui connaissent parfaitement votre secteur, vos produits / services et qui sont susceptible de donner un avis … qui compte [ex: pour une application de jeux, les influenceur.seuse.s gaming / gros fabricants de jeux vidéos …].

Tout au long de la vie de votre entreprise, vous allez être confronté.e à ces acteur.trice.s, donc autant anticiper et les définir dès le début du projet, plutôt que d’être pris au dépourvu au cours de celui-ci.

Analyse des demandes et offres

Evolutions globales

Quelle est la taille du marché ? Quel est le nombre de clients sur le marché ? Comment ce chiffre évolue-t-il ? Présenter les différents produits (et/ou services) et entreprises présentes sur le marché ainsi que les leaders.

Tout d’abord, il s’agit ici de définir les demandes du marché; le nombre de personnes à l’origine de cette demande hier, aujourd’hui, demain. Plus votre projection sera large, plus vous aurez une idée de vos perspectives d’évolution sur le long terme. Poser des hypothèses ne vous donne pas une ligne fixe, mais plutôt une tangente évolutive, à la base du projet.

Ensuite, il est question spécifiquement des produits et/ ou services présent au sein de votre marché cible, de leurs évolutions passées et à venir. Rattachés à une entreprise elle-même en perpétuelle évolution adaptation, ces produits et/ou services vont vous donner une idée des possibilités d’évolution sur le marché que vous visez. En effet, contrairement à votre produit ou service, ceux-ci ont déjà un vécut, même minime, en étant sur le marché, ils ont été confrontés aux fluctuations de celui-ci et se sont donc adaptés. Il est intéressant d’observer de quelle manière et avec quels moyens (financiers, humains, organisationnels).

Comportement des publics

A quelle occasion utilise-t-il (l’utilisateur) le produit et/ou le service que vous proposez ? Comment ? Où ? Pourquoi ? Sont-t-ils satisfaits ? Quelles sont leurs motivations ? Quels sont leurs freins ? Quelle est leur perception du produit et/ou du service ? Quelles sont les caractéristiques du produit et/ou du service qui pourraient favoriser l’acte d’achat ou d’utilisation ?

Une fois de plus, vous partez ici d’une analyse de votre concurrence mais pour observer cette fois leurs client.e.s. En partant sur un produit ou service plus proche de celui que vous souhaitez mettre sur le marché, vous allez observer et analyser les habitudes de consommation de vos publics cibles [> voir les quatre catégories d’acteur.trice.s dans la troisième sous partie de la premier partie « Acteur.trice.s »].

Cette analyse va vous permettre d’observer leur état d’esprit au moment de choisir leur prestataire / produit, les raisons de leur choix, mais également les éléments au contraire rédhibitoires, freinant un potentiel achat ou sélection d’une prestation de service.

Chaque élément va ainsi vous permettre de créer un produit ou une prestation de service le plus proche de possible de l’attente des consommateur.trice.s. Comme nous le verrons la semaine prochaine dans le STEP7, c’est également à ce moment là que peux intervenir le Design Thinking, à travers des enquêtes qualitatives. L’objectif est alors de se rendre au plus proche des acteur.trice.s cibles pour identifier les opportunités du marché à partir de cinq points:

  • Leurs expériences
  • Leurs contraintes
  • Leurs problèmes
  • Leurs attentes
  • Leurs rêves

Caractéristiques des offres concurrentes

Qui sont-ils ? Où sont-ils ? Que proposent-ils ? A quels prix ? Comment vendent-ils ? Quels sont leurs résultats financiers ? A qui vendent-ils ? Comment communiquent-ils ?  Quels sont leurs avantages concurrentiels ? Quelle est leur part de marché ? Les clients / utilisateurs sont-ils satisfaits ? 

Nous approchons de la fin de ce processus d’Etude de marché, il est donc temps de rentrer dans les détails. Que ce soit pour un produit ou un service, savoir précisément comment fonctionne les prestations ou produits concurrent.e.s – leur prix, leur champ géographique d’action, leur choix communicationnels et marketings, leurs résultats chiffrés et d’opinions – va vous offrir un tableau global, au sein duquel vous allez pouvoir vous ajouter et vous projeter.

Chaque offre à sa spécificité, que se soit en terme de gamme de prix, de qualité des matières-prestations, des attentions particulières ou une forte communauté, il va maintenant s’agir de trouver la forte. Votre marque de fabrique qui va faire la différence sur le marché face à la concurrence.

Analyse de l’environnement

Identifier les facteurs qui peuvent avoir une influence favorable ou non sur votre marché et sur votre activité.

Dans cette dernière partie, l’enjeu consiste à déterminer si la taille de votre marché pourrait réduire ou augmenter. Ce travail passe par l’analyse des 6 dimensions suivantes :

  • Politique [Quel positionnement sur le champ politique pour cet environnement, es une dimension intrinsèquement liée ou au contraire éloignée, quelles sont les conséquences de ses rapports, les dangers, au contraires, les points positifs, à valoriser]
  • Economique [Comment se porte le marché, quelles ont été ses grandes crises et ses perspectives d’évolutions globales et en bourse]
  • Sociale [S’agit-il d’un environnement neutre socialement, ou au contraire spécifique, comment est-il considéré par les différentes catégories sociales, quelles crises sociales à t-il traversé, risque t-il d’en traverser d’autres dans l’avenir]
  • Technologique [Es un environnement numérique, inscrit dans les mouvances technologiques, quelles sont les conséquences positives et négatives des technologies dans cet environnement]
  • Ecologique [La dimension écologique est-elle importante dans cette environnement, est-elle respectée, prise en compte, au contraire considérée comme une lacune]
  • Légale [Que disent les réglementations, lois actées et à l’étude par rapport à cet environnement spécifique]

Ces six dimensions vont vous permettre de terminer votre Etude de marché avec un Regard aiguisé sur votre marché, vos concurrents et vos possibilités d’innovations.


Nous arrivons à la fin de ce STEP6 qui vous a permis, je l’espère, de comprendre le fonctionnement d’une Etude de marché et son intérêt pour créer un projet solide, réfléchi et complet. Je vous retrouve la semaine prochaine pour un STEP7 passionnant dédié au « Design Thinking » pour vous permettre une nouvel approche, sur le terrain cette fois.

En attendant, je vous souhaite une excellente semaine, pleine de dynamisme et de bonnes nouvelles.

Ella