Bagback AL – Part2

Cusco, capitale du peuple sacré

Il est temps pour moi de vous poster le second article de ce périple entre le Pérou et la Bolivie. Je suis vraiment désolée pour le retard mais entre la wifi des auberges qui laisse á désirer (en même temps je vous confirme que ce n’est pas ce que j’étais venu cherché) et le temps qui file à une vitesse phénoménale, j’ai eu un peu l’esprit ailleurs. Ailleurs et plus précisément dans les nuages, au sommet de la Cordillère des Andes et aux portes de la septième merveille du monde, Cusco la magnifique !

Perchée à 3400m d’altitude (et oui quand même!) « La Rome des Andes » est de ces carrefours terrestres au sein desquels les voyageurs et les traditions se rencontrent. Entre légendes vieilles de plusieurs siècles, richesses archéologiques inestimables et paysages uniques à couper le souffle, Cusco se pose comme la destination phare d’un périple en Amérique latine. Aux portes de la septième merveille du monde, le plus que célèbre Machu Picchu grâce auquel vous comprendrez les définitions de «peuple» et «traditions».

IMG_20180705_153635

Au rythme des visites culturelles, du musées précolombien à celui du Machu Picchu, en passant par les trois édifices religieux ornant la magnifique plaza de Armas [La Cathédrale de Cusco, la Cathédrale-Basilic de la virgen de la Asunción et l’Église de la compañia de Jesús], on déroule le fil de cette histoire qui ne cesse de s’écrire.

Et si Cusco ou Cuzco, comme vous pouvez aussi le voir écrit, semble au coeur de ce tout immense c’est bien parce que là est son rôle. En effet, en Quechua « Quiqu » de sa véritable topographie signifie »nombril », la ville est ainsi le coeur de l’empire Inca depuis son origine. Une impression de réunion que l’on retrouve aussi dans le magnifique drapeau Inca aux sept couleurs (à ne pas confondre avec le drapeau de la communauté LGBTQ+ composé lui des 6 couleurs de l’arc en ciel).

Un petit conseil en passant, dès votre arrivée dans la ville n’hésitez pas à vous adapter à l’altitude en douceur en consommant la très célèbre feuille de coca (en infusion ou en petite boule à mâcher au coin de votre bouche) et surtout en rythment vos moments de découverte par des petites pauses. En effet, vous allez très vite avoir le bonheur découvrir qu’en plus de son altitude au sommet, Cusco se décompose en une trentaine de quartier plus ou moins hauts. Un bon échauffement avant le Machu Picchu et ses centaines de marches…

Les lieux clés à visiter

  • Le musée précolombien — Plazoleta de las Nazarenas 231, 20S l’entrée avec possibilité de réduction étudiant. Tjr de 8h-22h.
  • Le musée du Machu Picchu — Santa Catalina Ancha 320, 20S l’entrée avec possibilité de réduction étudiant. Tjs exept dimanche 8h-16h.
  • La plaza de Armas et ses trois édifices religieux — Cathédrale de Cusco et Cathédrale-Basilic de la Virgen de la Asuncíon, 25S l’entrée pour les deux ou avec le boleto circuito religioso avec possibilité de réduction étudiant. Tjs 10h-18h, messe 6h-9h Tjs. Église de la compañia de Jesùs, 10S l’entrée. Tjs 9h-17h exept dimanche.

Bien sûr, si Cusco se pose comme une étape clé c’est aussi et surtout pour les deux haut lieux de l’empire Inca qui se trouvent à sa porte. Tant de légendes et de secrets regorgent encore au sein de la vallée sacrée et du Machu Picchu que certaine fois nous ne sommes plus en mesure de faire la différence entre ce qui fut et ce qui a été inventé, ou entre ce qui est réellement et ce que nous voudrions qu’il y soit.

Ici s’arrête ce second article issus de mes péripéties extraordinaires entre le Pérou et la Bolivie. Je fais effectivement le choix de ne pas vous développer plus la partie sur le Machu Picchu et la vallée sacrée car cela risque de n’être qu’un copier-coller de ce que vous pouvez trouver partout dans les multiples guide de voyage sur le sujet. Néanmoins, si vous êtes intéressés pour connaître mon expérience personnelle, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires, je le ferais un plaisir de vous faire un article bonus.

Sur ce, je vous dis à la semaine prochaine pour un nouvel article qui vous emmènera cette fois sur les rives du célèbre lac Titicaca, à la frontière entre le Pérou et la Bolivie. Très bonne semaine et allez les bleus (parce que oui, je ne me suis jamais sentie aussi fière d’être française que depuis que je suis loin de nos frontières) !

Ella

Voyage – Chili Bonus

Museo chileno de arte Precolombino

Alors que les revendications féministes paralysent le pays et donc mon université, je vous reviens avec un petit article bonus dédié à l’incroyable musée d’art précolombien de Santiago. Pour comprendre une culture il faut comprendre son histoire, partons donc sur les traces de ces peuples à l’origine du vaste continent sud Américain…

De tous les musées présents dans la capitale chilienne, celui-ci est reconnu comme l’un des meilleurs. Personnellement, je le place bien volontiers en seconde position derrière le musée des droits de l’homme que je vous est présenté dans un article antérieur. A eux deux, ils permettent de faire le tour de cette histoire chilienne, très riche et complexe, à base de peuples indigènes, de mélanges multiculturelles, de colonialisme, de dictature et de reconstruction.

 

Pour vous exposer l’infrastructure du musée, celui se compose de trois étages, chacun composés de plusieurs pièces (12 en tout) exposants les vestiges de ce que furent les peuples indigènes, premiers habitants du continent latino Américain. De l’Amazonie aux Andes Incas, des mapuches aux Mayas, ce musée permet de brosser des Histoires riches de plus de milles ans à travers des objets uniques et précieux.

Des vases incurvés aux masques sacrés en passant par les incroyables tapisseries Incas, chaque objet porte en lui un pan de cette histoire trop longtemps oubliée. Parce que plus que de simples objets de décoration, nous parlons bien ici de preuves ultimes des mythes et coutumes de ces peuples pour la plupart éteints et qui portaient en eux une science et une philosophie jamais égalée.

IMG_20180603_163159

N’hésitez donc pas à aller vous perdre entre ces collections finement créées et vous plonger aux coeur de ces pièces assombries et parfaitement agencées pour mettre en avant la beauté intime de chaque objet.

Adresse: Bandera 361, Santiago de Chile
Horaires: Du lundi au vendredi de 10 à 18h
Site web: http://www.precolombino.cl/en/
Contacts: (56-2) 2 928 1500 & www.precolombino.cl
Il est à noter que le musée est accessible aux personnes à mobilité réduite

Je vous souhaite une très bonne semaine et vous dis à vendredi pour un nouvelle article, besos!

Ella

Voyage – Chili part10

Ile de Pâques [Rapa Nui] / Infos pratiques

Il y a des lieux uniques sur cette planète, l’île des Pâques est l’un d’eux.

En 5 jours j’ai eu la chance extraordinaire de découvrir ce bout du monde sous tous ses angles, c’est pourquoi un seul article ne suffira pas. J’ai donc décidé de vous écrire trois articles sur cette île aux merveilles; en voici le premier destiné aux informations pratiques. Les deux prochains seront destinés aux lieux à voir absolument, des moais aux volcans, dans le Sud pour le premier, puis dans le Nord pour le second.

Pour commencer, la première chose surprenante lorsque l’on arrive enfin (après 5h d’avion depuis Santiago) au dessus de l’île de Pâques, Rapa Nui de son vrai nom, c’est la taille du lieu. Aussi grande que l’île d’Oléron (173 km3), oui seulement, Rapa Nui est de plus, l’île la plus éloignée de toute terre habitée avec Tristan da Cunha dans l’océan Pacifique. Remplie de mystère, celle qui s’est fait connaître pour ses statues de tuf volcanique uniques au monde pouvant aller jusqu’à 9.80 m pour 74 tonnes, regorge de secrets et de paysages aussi époustouflants les uns que les autres. Parce que si les Moais sont la marque de fabrique de l’île, c’est sa nature tropicale, des volcans aux falaises en passant par les pleines vierges, qui m’ont avant tout ébloui.

Pour commencer par le début et pour situer ce lieu extraordinaire, Rapa Nui est située à 3 760 km du Chili et 4 100 km de Tahiti En forme de triangle isocèle, elle peut se diviser en deux parties, son nord et son sud. Sa seule et unique ville et capitale, Hanga Roa, regroupe une grande partie de sa population (décision du gouvernement chilien, prise il y a quelques années, de regrouper tous les habitant de l’île afin de protéger le reste des terres classées au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995, abus de pouvoir ou réel souhait de protéger l’île, les avis diverges…).

 

Hébergements

C’est à Hanga Roa que se situe tous les hébergements disponibles sur l’île, du camping à 8 000 pesos la nuit avec tente, matelas et sac de couchage compris (Camping Minihoa, gros coup de coeur), à l’hôtel de luxe avec clime et spa à 230 000 pesos la nuit. L’avantage principale du camping se tient au fait que le climat subtropical de l’île nous protège du froid même si la nuit le sac de couchage n’est pas de trop. En revanche, le camping est situé face à la mer (comme la chanson) et en plaine, le vent et le bruit des vagues font donc automatiquement parti de vos nuits, mais bon c’est aussi ça le dépaysement!

IMG_20180512_171546

 

Nourriture

Concernant la nourriture il faut savoir que tous les aliments coûtent en moyenne deux fois plus que sur le continent, ainsi, je vous donne le même conseil que tout le monde: amenez vos aliments secs et des conserves. De plus, une chose très importante à savoir, les vols LATAM depuis Santiago (seule compagnie à être autorisée depuis le Chili) inclus automatiquement deux bagages en soute de 24KL chacun, de quoi amener plus que nécessaire. D’ailleurs petite anecdote, ne soyez pas étonné de voir arriver les chiliens avec des males entières remplies de nourriture, leur passion: se retrouver en famille ou entre amis pour faire un Asado (sorte de barbecue composé principalement de viande) face à la mer, pas bêtes les chiliens!

IMG_20180512_195020.jpg

Paiements

Concernant les paiement très peu d’agence de location et de logement acceptent les cartes bleues, d’autant plus lorsqu’elles sont internationales, le mieux est donc d’arriver avec du liquide , au moins pour les premiers jours. Pour le reste du séjour pas de panique, des bornes pour retirer sont présente dans la partie basse de la ville, prenez la rue qui descend vers le port, à votre gauche sur la rue principale, vous ne pouvez pas vous tromper! En plus et contrairement à ce que dit la légende, les frais bancaires ne sont pas si élevés que cela comparer à certains endroits au Chili, comptez 4 000 pesos par retrait.

IMG_20180515_081934.jpg

Transports

Le seul transport en commun existant sur l’île est une navette qui circule tous les jours, exceptés dimanche et jours fériés et qui vous emmène directement à la plage Ahu Anakena dans le nord de l’île (plus belle et grande plage du bout de terre). Pour les autres visites je vous conseille tout simplement de vous regroupe à 4 ou 5 pour louer une voiture sur un ou plusieurs jours (30 000 pesos 24h pour une voiture 4 places,  quelques écarts de prix en fonction des agences, n’hésitez pas à comparer). Sinon sur une journée, la location de vélos reste aussi une bonne option (8 000 pesos 8h, 15 000 pesos 24h). Le tour de l’île en entier peut se faire en une journée pour les sportifs, mais attention ne vous fiez pas aux apparences, l’île est loin d’être complétement plate!

IMG_20180515_122756.jpg

Visites

Rapa Nui étant dans son entier protégée par l’UNESCO, elle est considérée en elle même comme un parc naturel national protégé. Ainsi, pour pouvoir accéder aux lieux clés de l’île (Ahu Tahai, seul moai avec des yeux, volcan Rano Kau et village d’Osorno, le site du culte de l’homme oiseau…) il vous payer dès votre arrivé un pass d’entrée. Pour les touristes il coûte 54 000 pesos (et oui quand même…) et pour les titulaire du RUT (carte nationale d’identité chilienne), 20 000 pesos. Ainsi si vous êtes étudiant ou en VISA vacance/ travaille au Chili et que vous avez dû obligatoirement passer les queues infernales pour créer votre RUT, vous êtes considéré-e comme chilien-ne (enfin un avantage!).Avec ce pass vous avez un accès illimité à tous les lieux clés de l’île, il vous suffit de le faire tamponner à l’entrée, excepté pour la carrière (lieu ou ont été créés les Moais) et le site du culte de l’homme oiseau, regroupant des pétroglyphes et le village, qui ne visitent qu’une seule fois. Petite astuce: afin d’éviter la queue interminable à la sortie de l’avion je vous conseille tout simplement d’acheter votre pass une fois installé au petit magasin du parc situé en ville [face à la rue descendant au port].

IMG_20180515_183556.jpg

Liens essentiels

-La compagnie chilienne LATAM desservant l’île depuis Santiago: https://www.latam.com/es_cl/

-Le camping Mihinoa [il est moins cher de réserver directement sur le site, on paye en liquide à l’arrivée]: https://www.camping-mihinoa.com/

-Pour les curieux, la page de l’île sur le site de l’UNESCO: http://whc.unesco.org/fr/list/715

Je vais m’arrêter là pour ces explications pratiques et essentielles. Je vous retrouve mercredi pour un article un peu plus passionnant et dédié aux lieux clés du sud de l’île. Buena fin de semana, besos.

Ella

PS: Les photos c’est cadeau, il fallait bien que je vous fasse rêver un peu !

 

Voyage – Chili part9

El museo de la memoria y de los derechos humanos

Si venir au Chili est une expérience extraordinaire personne n’est sans savoir que le pays commence seulement à tourner la page d’une dictature sanglante. Ainsi, pour comprendre le Chili il faut comprendre son histoire, pour cela je vous emmène à la découverte du musée du la mémoire et des droits de l’homme.

Si vous prenez le temps de demander à des chiliens leur avis sur ce musée, ils vous parlerons sans aucun doute de l’atmosphère pesante et de ces grandes salles dans lesquelles reposent les preuves d’un passé si dure à accepter. Beaucoup de ceux à qui j’en est parlé m’ont même dit qu’ils n’avaient pas pu finir la visite, tant l’émotion était forte.

IMG_20180505_135726

 

Dès l’entrée située au rez de chaussée, un ensemble de tableaux reprennent toutes les enquêtes pour non respect des droits de l’homme réalisés par l’ONU dans les 50 dernières années. On apprend ainsi pays par pays, les crimes commis, punis et ceux qui n’ont jamais étaient élucidés. Parce que si ce musée a comme objectif premier de conserver les traces d’un passé que le pays souhaiterait pourtant oublier, il a aussi était créé pour rappeler que les droits de l’homme continuent chaque jour d’être bafoués, aux quatre coin du globe.

 

Le reste du musée est organisé sur trois étages:

  • Le premier est complètement dédié au coup d’état militaire du 11 septembre 1973. C’est ce jour maudit qui marque la fin de la démocratie au chili avec le suicide du présidant  Salvador Allende et le début de 11 ans de dictature militaire. Immense, cet étage a était organisé en 5 parties dans lesquelles archives radios, vidéos et journaux papiers nous plongent dans le chaos que fut ce jour. On entend ainsi comme si nous y étions les avions de l’armé bombarder le palais présidentiel dela Moneda. On voit les chars envahir la ville. On ressent la peur des centaine de chiliens arrêtés et emprisonnés pour avoir voulu protéger le cœur de leur démocratie. Dans les archives les plus symboliques je retiendrais le dernier discours du président Allende à la radio chilienne, quelques heures à peine avant qu’il ne se donne la mort dans son bureau, au cœur de la Moneda envahie par les flammes.

IMG_20180505_144447

 

  • Le second étage est  dédié aux 17 années de dictature rythmées par les disparitions, arrestations, tortures et exils. Des témoignages audios, vidéos sont ainsi exposés au milieu des documents classés top secret du gouvernement qui dresse la liste des prochaines victimes et les outils de torture allant être utilisés. Parmi les éléments les plus émotionnels je relèverais les reconstitutions d’objets créés par les prisonniers et la liste des lieux dans lesquels a été pratiquée la torture. C’était il y moins de 40ans et ces lieux existent encore aujourd’hui, c’est pourquoi il est important de ne pas oublier, parce que partout au Chili nous marchons là ou cela c’est passé.

 

  • Le dernier étage est lui dédié aux 5 dernières années de lutte qui ont débouché sur le référendum de 1988 par lequel les chiliens ont étaient amenés à voter pour le poursuite ou non du régime militaire. C’est le NO! qui l’a emporté, non sans de nouveaux dégâts. C’est ainsi que, le 11 mars 1990, le chilien redevient un pays libre et démocratique, remplie de plaies mais aussi et surtout d’espoir.

Le plus chamboulant dans cette visite reste le nombre extraordinaire d’archives et de témoignages preuves glaciales de l’horreur vécut. De plus, cette histoire étant très récente, les avancés technologiques existaient déjà (enregistreurs audios, caméras, appareil photo..) ce qui donne à cette histoire des visage, des voix, des corps qu’il nous est impossible d’oublier.

 

Pour le côté pratique, le musée est gratuit et ouvert à tous, même si certaines salles sont déconseillées aux enfants de moins de 12 ans (certaines images risque d’heurter leur sensibilité).

https://ww3.museodelamemoria.cl/

Nous arrivons à la fin de ce nouvel article, il est temps pour moi de vous dire à la semaine prochaine. Je vous reviens avec une nouvelle série d’articles extraordinaires, et pour cause, demain je m’envole pour réaliser un rêve, partir à la découverte de l’île de pâques !

Ella