Le grand saut – Stanislas Charles

PORTRAIT N°12

Aujourd’hui Stanislas Charles est à l’honneur dans ce 12ème portrait de la série Le Grand Saut. Je suis ravie de vous présenter son parcours et son projet, que la crise sanitaire lui a permis de lancer. Stanislas est la parfaite démonstration que ce sont des crises que naissent les plus beaux projets, en effet, sans cette remise en question, peut-être ne se serait-il jamais lancé [Comme beaucoup je crois bien] !

Stanislas

Nous démarrons le mois de juin et donc la dernière série de portraits (de l’année) … Parce que pour apprécier les bonnes choses, il faut savoir les arrêter ou les mettre en pause, j’ai décidé de mettre le blog en Standby pour ces deux mois d’été, histoire de me concentrer sur les enfants avec TSA que je vais accompagner cette été (et oui je ne vais pas – encore – m’ennuyer) !

Qui es-tu ?

Stanislas Charles, 22 ans, bientôt 23, est étudiant en M1 Commerce International à l’AEI International School. Stanislas se dit également « Surveillant du futur de la République » car il est surveillant dans un collège en parallèle de ses études. Grand sportif, Stanislas fait également du rugby depuis 4 ans et de la muscu, régulièrement à côté de ses études.

Quel est ton parcours ?

Arrivé en France en 2009, juste avant le tremblement de terre, Stanislas vient d’Haïti. Il a fait un bac général, qu’il a obtenu de justesse. Au moment des résultats de ses vœux post bac, Stanislas se retrouve en AEI, son deuxième choix, où il fait 3 années de licence en parcours Amérique du nord. Stanislas a poursuivi par la suite en Master Commerce international parcours d’Amérique du nord, toujours. La spécificité de ce parcours est qu’il est centré sur le marché américain. On y apprend notamment à créer des projets en partant des modèles et des dynamiques économiques et managériales américaines.

Ton Regard sur l’entreprenariat

Stanislas s’est toujours vu être son propre patron, notamment car il a fait beaucoup de métiers. En voyant ce que c’était de se lever tous les matins pour un SMIC, il a vite compris que son indépendance professionnelle serait une clé centrale dans son parcours. Depuis toujours, Stanislas a beaucoup d’idées et il utilise notamment l’APP Notion pour les noter et les partager avec ses ami.e.s. Dans ce sens, l’entrepreneuriat est quelque chose au cœur de sa vie depuis 2017. Au fur et à mesure de son parcours, l’AEI lui a ensuite donné beaucoup de clés, pour rentrer cette vision business dans son quotidien.

Avant de se lancer, Stanislas avait beaucoup de peurs mais finalement, c’est dans l’action qu’il a le plus appris.

Ton Grand Saut

La pandémie a permis à Stanislas de beaucoup réfléchir et avec la dépression saisonnière qui a encore approfondi une certaine dynamique de remise en question, il a pris conscience qu’il avait le choix : trouver un stage ou écrire un mémoire. Aucune de ces options ne lui convenant il a choisi de proposer à la fac de monter un projet entrepreneurial pour remplacer son stage. C’est finalement la vice-doyenne de l’AEI qui lui propose de se tourner vers le Pépite pour effectuer ce projet directement.

Avec le recul, Stanislas est reconnaissant de cette période d’incertitude qui lui a vraiment permis de passer à l’action, à aller au-delà de ses idées.

Evolution de ton projet

Au moment de déposer son statut, Stanislas avait en tête un projet de papeterie, qui proposerait des produits de papeterie en ligne.

Le Pépite a permis à Stanislas de construire son projet, de structurer son idée et d’avoir des contacts avec beaucoup de gens. Les ateliers lui ont également permis d’échanger avec des personnes rencontrant les mêmes problématiques que lui.

Stanislas n’a pas fait le choix de se lancer seul, car il n’a pas eu de choix. Dans son entourageil ne voyait personne avec qui s’associer. De plus, son projet ne nécessitait pas d’être à plus d’une personne, ou du moins à son début. Néanmoins, en étant seul, Stanislas note tout de même qu’il a été obligé d’apprendre beaucoup de nouvelles compétences pour être à la hauteur, notamment pour désigner son agenda sur InDesign.

Pour la communication, c’est sa copine qui l’a beaucoup aidé, mais sur le long terme, Stanislas pense chercher quelqu’un notamment pour cette partie de communication. C’est donc lorsqu’il aura les moyens de passer d’auto-entrepreneur, à SASU qu’il réfléchira à trouver quelqu’un.

« Les idées n’appartiennent pas à ceux qui les imagine mais à ceux qui les exécutent » _ M.J de Marco.

Cette phrase du livre « L’autoroute des millionnaires » de M.J de Marco a fait beaucoup réfléchir Stanislas, elle démontre notamment qu’il ne faut pas avoir peur de partager son projet avec quelqu’un, notamment pour le faire évoluer, car c’est prendre un risque dans le bon sens. 

Cela fait un an que Stanislas s’est lancé et 5 mois qu’il est au Pépite. La première difficulté qu’il a rencontré dans ce laps de temps a était d’apprendre à utiliser les logiciels spécialisés en design ; InDesign, Photoshop. Il ne regrette pas cette « perte de temps », car maintenant qu’il sait les utiliser, il est beaucoup plus efficace.

La seconde difficulté rencontrée par Stanislas a été de trouver un imprimeur. En France, c’était très cher, donc il a dû faire des choix : pour l’instant ses produits sont fabriqués en Chine. Pour faire ce choix entre éthique et production, Stanislas a fait une analyse du marché et des besoins de ses Personas et s’est rendu compte que la production française n’était pas au premier intérêt des consommateurs. Sur le long terme, Stanislas aimerait rapatrier la production en France, mais pour le moment, il a surtout fait le choix d’une entreprise chinoise éthique avec une empreinte carbone moindre. 

Ton accompagnement

Le Pépite a permis à Stanislas de construire son projet, de structurer son idée et d’avoir des contacts avec beaucoup de gens. Les ateliers lui ont également permis d’échanger avec des personnes rencontrant les mêmes problématiques que lui. Stanislas ne voit pas grand-chose qui pourrait être changé dans l’accompagnement Pépite, même si ouvrir le programme à la dimension internationale de l’entrepreneuriat serait super, notamment pour les étudiant.e.s comme lui qui ont cette dimension internationale, dans leur parcours et dans leur projet.

Stanislas n’a pas suivi de programmes en parallèle de l’accompagnement Pépite et de son Master, néanmoins il lit beaucoup sur le sujet. En auto-formation, il est donc très actif. Dans ses conseils lecture, vous pouvez trouver deux ouvrages qui ont révolutionné sa façon de penser business :

•           « L’autoroute des millionnaires » de M.J de Marco | Qui prône vraiment des valeurs saines malgré son titre, tout en te donnant des tips pour gérer ton entreprise.

•           « Grit : The Power of Passion and Perseverance » de Angela Duckworth | Qui parle de ce qu’il faut pour arriver là où on est. 

Ta perspective d’évolution

Dans un an, Stanislas espère avoir tous les outils qu’il a imaginé dans sa boutique en ligne ainsi qu’avoir réalisé son changement de statut en SASU pour agrandir son équipe. D’ici 3 ans, Stanislas espère être racheté par Oberthur ou Exa compta, les rois de la papeterie française, car il considère que son produit est une innovation dans ce domaine. Sinon, dans l’autre sens, si les offres de rachat ne sont pas en accord avec ses projections, il souhaite devenir la marque n°1 en France [Ce qui lui permettrait notamment de créer une Fondation pour venir en aide aux étudiant.e.s]. 

Et toi, qu’attend-tu pour te lancer ?

Il faut se lancer. Quand on a peur de quelque chose, on ne regrette jamais d’avoir franchi le pas mais plutôt ne pas avoir essayé. Il faut se demander si dans 5 ans on risque de regretter de ne pas se lancer, si c’est le cas, que l’on risque de regretter, alors il ne faut plus hésiter !


La fin de ce 12ème portrait est là ! Je remercie une nouvelle fois Stanislas d’avoir répondu à mes questions et d’avoir partagé avec nous son parcours et son projet de papeterie en ligne. N’hésitez pas à aller donner de la force à Stanislas sur son blog et son LinkedIn pour suivre son projet et ses futures collections de près !

S’il y a bien une chose que ce portrait nous a montré, c’est que la crise sanitaire a poussé beaucoup d’entre nous à remettre en question leur vie, leurs choix, personnels et professionnels.

Et vous, la crise sanitaire a-t-elle changé quelque chose, vous a-t-elle permis de faire des Grands Sauts ?

Je suis très curieuse de lire vos réponses et partages d’expériences en commentaires ou sur la page Instagram de Regardsleblog.fr ! En attendant, comme toujours, je compte sur vous pour réagir à cet article, le commenter et me donner votre avis

Belle semaine, l’été arrive (enfin) !

Ella

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s